Lettre ouverte à Jean-Louis Baron, journaliste du Maine Libre et quelques autres…

Après 12 mois de bataille acharnée pour faire reculer la résignation et la victimisation des salariés, deux projets sont en cours pour sauver la papeterie de Bessé-sur-Braye en Sud-Sarthe !
C’est un grand plaisir de voir enfin Le Monde s’intéresser à notre papeterie, même si l’on peut s’interroger sur les motivations qui le guide ! En effet, Jean-Louis Baron journaliste du Maine Libre ne peut ignorer notre existence ! Le déferlement d’articles, de reportages TV, consacrés uniquement au projet de l’ex-intersyndicale d’Arjo, ressemble fort à un «enterrement 1ére classe» en cours d’organisation, de notre usine.
Conduit par des ex-syndicalistes, soutenu financièrement et politiquement par Mr. Legendre groupe des députés LREM et par le Conseil Régional, le projet en question consiste à ressortir un projet abandonné en 2016 par la direction d’Arjo, entre autre, à cause des impératifs liés à la production de papier–alimentaire ! Il faut donc se réjouir de cette opportunité nouvelle, grâce au rejet du plastique, bien plus grand qu’à cette époque !
Cependant, l’article du Monde, oublie volontairement notre projet, tout aussi écologique, et permettant d’embaucher près de 200 salariés !
Cette pluie d’articles qui s’intéressent au projet groupe 2 est sans aucun doute, commanditée par le milieu politique qui soutient l’intersyndicale depuis plusieurs mois déjà !, mais l’argument entendu selon lequel la presse s’intéressera à notre projet « quand nos partenaires parisiens se dévoileront » est particulièrement odieux ! C’est un chantage et une preuve du mépris incroyable pour les 200 salariés qui s’y sont investis !
Confrontés au manque de cadres disponibles et issus d’Arjo, nous venons d’enregistrer un nouveau refus de l’intersyndicale de coopérer en échangeant, eux, les compétences de leur ingénieur et nous, celles du cabinet parisien qui nous aide, pour trouver investisseurs et marché !
Ce refus met à mal l’intérêt général, et nous ne le comprenons pas ! Des centaines de personnes, espéraient ce rapprochement pour gagner plus vite la réouverture de la papeterie !
Depuis plusieurs mois, notre équipe de salariés s’active pour préparer la reprise. Notre projet pour le papier recyclé s’appuie sur un marché qui existe, des études nationales de prospective favorables, des clients réels et une volonté industrielle d’y répondre. C’est la fabrication de papier dit de «labeur» pour la grande distribution, avec une production de 150 000 tonnes de papier dès la 1ére année et une production en 5 équipes et donc près de 200 salariés ! Nous avons établi l’organigramme des compétences nécessaires, et grâce à une équipe technique de l’usine, avec l’autorisation exceptionnelle du tribunal de commerce de Nanterre et celle du liquidateur, établi un état des lieux de l’usine, un calendrier pour la reprise et chiffré le coût financier de la remise en état !
C’est donc un travail sérieux, et il ne nous manque qu’un cadre issu de l’usine pour démarrer nos démarches finales.
Nous sommes prêts, Monsieur Baron, avec un collectif de plus de 200 salariés, nous avons enregistré près de 13 500 soutiens à notre démarche, plus de 40 villes du Loir-et-Cher et Sarthe , dont Le Mans, la Flèche et Vendôme, de très nombreux élus, Président du Conseil Général, députés, sénateurs , les grandes organisations syndicales de la Sarthe et du Loir-et-Cher, des partis et personnalités politiques de tout bord, sauf LREM. Nous avons reçu le bienveillant soutien de l’Évêque du Mans pour notre action contre le chômage et la désertification rurale.
En ce qui nous concerne, produire du papier recyclé plutôt que de l’importer de l’autre côté de la Terre, c’est agir contre la désertification industrielle et rurale ! Nous lançons une nouvelle campagne de signatures pour produire à Bessé le papier recyclé dont nous avons besoin puisque nous en importons près de 400.000 Tonnes en 2018 (Chiffre en progression !).
Nous devons répondre à l’exigence de la transition écologique pour la croissance verte. Mettre en œuvre les circuits vertueux nécessaires à l’économie circulaire qui permettra le recyclage à 100% décidé par le gouvernement pour 2025 ! Il faut donc faire vite, rouvrir les papeteries qui nous font défaut, produire du papier recyclé pour différents usages dont l’édition (Le livre numérique stagne) au profit de l’édition classique (études canada –USA confirmées par Hachette).
Des études récentes (Xerfi 2019) témoignent de ce qui bouge, et des problèmes à venir en matière de stockage des déchets papiers si l’on ne fait rien !
Le problème des unités de désencrage et de tri peut être résolu très vite par des investisseurs du milieu de la récupération de papiers qui étouffent sous les stocks. C’est rentable d’investir dans ce secteur, compte tenu des besoins !
Nous espérons que vous aurez à cœur de corriger les informations que vous donnez à vos lecteurs du Monde et du Maine Libre au sujet de la papeterie de Bessé-sur-Braye ! Personne ne pourrait comprendre que nos quotidiens locaux et médias télévisés continuent ce travail de désinformation partisan ! Et bien que, comme tout un chacun, nous soyons habitués au «copinage» et aux «comportements politiciens», nous n’y sommes nullement résignés !
Avec nos sincères salutations.


Nadia Mattia
Lundi 20 Janvier 2019
Copie à Messieurs les Rédacteurs en chef : du journal Le Monde, Maine Libre, Ouest France, à la presse nationale, aux médias TV.
Copie à nos soutiens, aux groupes de l’Assemblée Nationale, du Sénat.
Pour affichage public en Sud Sarthe, sur les Réseaux sociaux.

Télécharger la lettre ouverte