Oui il y a un avenir pour la papeterie de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe !

Mickaël Bardet, Pour sauver Arjowiggins
Jean-Louis Pisicchio, cadre technico-commercial du Centre technique du papier de Grenoble actuellement à la retraite

Dans l’optique de tordre le cou à certaines idées reçues et de rétablir la vérité pour le redémarrage de la papeterie de Bessé-sur-Braye, j’échange régulièrement avec Jean-Louis Pisicchio, cadre technico-commercial du Centre technique du papier qui est actuellement à la retraite et qui suit notre combat depuis plus d’un an. Il apporte ici un témoignage de soutien et rétablit certains faits pour montrer que la papeterie de Bessé-sur-Braye a réellement un avenir et qu’il est encore possible de produire du papier en France et que les papeteries françaises ne sont pas toutes vouées à la casse ou à produire du carton d’emballage.

Quel est l’état du marché papier couché graphique en France ?

Jean-Louis Pisicchio : « Tout d’abord regardons la situation de l’économie du secteur papiers à usage graphique :

  1. La situation en France (fin 2018, en milliers de tonnes) :
  • La production totale de papier à usages graphiques était de 2 110 dont 561 de couchés sans bois.
  • La consommation totale de papier à usages graphiques était de 3 036 dont 638,3 de couchés sans bois.
  • Les importations totales de papier à usages graphiques étaient de 5 043 dont 418,5 de couchés sans bois.
  • Les exportations totales de papier à usages graphiques étaient de 1 483 dont 343,1 de couchés sans bois.

Sources : COPACEL

Milliers de tonnes Papier à usages graphiques Papier couchés sans bois
Production 2 110 561
Consommation 3 036 638
Importations 5 043 419
Exportations 1 483 343

 

Population en millions d’habitants :

  • Allemagne : 83,44
  • Royaume-Uni : 66
  • France : 67

En regard de ces chiffres il convient de regarder nos pays voisins en ce qui concerne les exportations :

  • L’Allemagne en 2018 a vu ses exportations augmenter de 3,8% et stable depuis 2008.
  • Le Royaume uni a vu ses exportations se stabiliser -1% par rapport à 2017 et – 5% par rapport à 2008.
  • Dans le même temps pour la France ses exportations ont diminuées de 3,1% par rapport à 2017.
  • Si nous regardons les importations vers la France de papiers cartons venus d’Allemagne (soit environs 600 Milliers de tonnes de papiers à usage graphique ce qui correspond à environ 165 milliers de tonnes de papiers couchés sans bois sur les 418 totales importés). »

« En 2018, avec un solde commercial de presque 900 000 t, la balance commerciale française de­meure déficitaire et se creuse (+5,6 %) par rapport à 2017. (Sources : COPACEL). »

« Avec la fermeture de la papeterie de Bessé-sur-Braye, les importations dans ce type de papier vont encore s’accroître de 250 milliers de tonnes et vont donc alourdir notre balance commerciale. »

En effet lorsque Bessé-sur-Braye produisait, les consommations de ce type de papiers étaient voisins de ce que notre industrie produisait et exportait au regard de nos importations : Consommation (640) = Production (561) + Importation (419) – Exportation (341)

De plus la balance écologique sera en notre défaveur car il faudra importer des papiers que la papeterie produisait, ce qui engendrera entre autre des pollutions de l’air dues aux transports. La quantité de papiers à recycler, du type de ceux utilisés par le site, sera excédentaire, car les pays asiatiques ( Chine, Corée..) ont arrêté leurs importations provenant de France. L’excédent de la France annuel est de 1,7 million de tonnes de papiers/cartons recyclés alors qu’elle a un taux de collecte de 79 %, quand la moyenne européenne est de 72 % . L’objectif en 2025 étant d’atteindre les 100%. »

En ce qui la recherche et développement dans le secteur papetier, pouvez-vous préciser le caractère unique de la France et quelques exemples de papiers innovants ?

JLP : « La France possède, de manière unique en Europe, un centre de recherche appliquée (le Centre Technique du Papier situé à Grenoble) qui peut être mis au service des papetiers et notamment dans l’aide qu’il peut apporter au redémarrage du site de Bessé-sur-Braye.

De plus, l’école Française (IFPG) de Papeterie qui forme les ingénieurs papetiers et graphitiques pour cette industrie est située à proximité immédiate du CTP.

Plusieurs recherches pourraient être intégrées au développement du site, parmi celles-ci :

  • Utiliser des produits bio-sourcés (micro fibrilles de cellulose et de résine bio-sourcées). qui permettent d’améliorer la qualité des papiers tout en réduisant les coûts de production.
  • De produire un papier connecté intégrant des micro puces ou mini circuit imprimé permettant une communication moderne du papier.( étiquette, carte de jeu, etc).
  • De produire également des sacs en papier carton pour la grande distribution et les fruits et légumes. Outre-manche, la production de ce type de papier explose.
  • Enfin le CTP possède une grande expérience dans les domaines ; du recyclage, du désencrage, et l’impression des papiers, mais aussi dans le domaine de l’enduction, qui s’appuie sur ses experts et ses pilotes semi-industriels. »

Y a-t-il un contexte favorable au redémarrage de la papeterie de Bessé-sur-Braye ?

JLP : « Oui ! D’une part le niveau national avec la loi contre le gaspillage : même la profession s’en félicite.

L’industrie papetière française se félicite que la loi sur l’économie circulaire reconnaisse les bénéfices environnementaux des papiers et cartons.

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire a été adoptée le 30 janvier 2020.

Parmi les mesures concernant spécifiquement l’industrie papetière, la COPACEL salue que la loi reconnaisse les qualités particulières du matériau papier carton et sa performance déjà remarquable en termes d’économie circulaire. La COPACEL regrette également que le législateur interdise l’impression des facturettes et tickets de caisse, sauf demande expresse du client, alors que la défense des intérêts du consommateur milite pour que la remise de ces preuves d’achat soit la règle, sauf demande contraire de l’acheteur. Ces mesures auront un impact négatif pour des entreprises françaises, sources d’emplois locaux, et utilisatrices d’un matériau d’origine renouvelable, recyclable et largement recyclé.

D’autre part l’épisode du COVID19, nous apprend que nous sommes tributaires et dépendants des productions provenant de l’étranger (Chine, Italie, Allemagne, Royaume-Uni) qui peuvent engendrer une pénurie de papiers, et donc des pertes d’emplois et de désertification de nos territoires.

Même les industriels du secteur dépendant des papiers impressions écriture recyclés se plaignent du manque de ce type de papiers où de leur surcoût. (UNIIC, IMPRIMCLUB…). »

Quelle conclusion tirez-vous de la nécessité de faire redémarrer le site Bessé-sur-Braye pour produire dans un premier temps du papier recyclé ?

JLP : « La crise que nous vivons doit nous fait réfléchir quant à la manière de produire et la qualité de nos échanges. Et pourquoi ne pas penser notre production en termes de circuits courts ?

En effet, outre le point positif en matière de développement durable, le fait de relancer la papeterie de Bessé-sur-Braye, permettrait à la France, d’équilibrer sa balance commerciale, de se positionner au premier plan en matière de développement innovant (comme souvent les salariés de ce site l’ont prouvé) de redonner de l’emploi, une sérénité aux familles et vie au département de la Sarthe.

La Sarthe pourrait devenir un département modèle en termes d’économie circulaire dans une région engagée dans le développement durable.

Les chiffres donnés, plus haut et l’appui des industriels du secteur sont des preuves et leviers supplémentaires en faveur de ce redémarrage et de cette idée de production en circuits courts. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s