Papier recyclé : 

Messieurs les députés, restera-t-il une usine pour le produire ?

En cette mi-juillet, une cinquantaine de salariés d’Arjo avaient rejoint les responsables syndicaux papetiers venus apporter leurs connaissances du dossier de reprise par PMI de Bessé sur Braye, puisque la plupart des projets présentés dans la presse par Monsieur Petit, PDG de PMI, sont issus de l’usine d’Arjo de crèvecoeur !

C’est cette expertise qui a conduit notre association, à s’interroger sur la réalité de ce plan de reprise !

En effet, PMI, créé il y a un an, avec un capital de 1000 euros, n’avait donc pas de projet industriel précis. Et c’est celui de crèvecoeur, qui a été « siphonné » semble t il, avec des porteurs de projet de cette usine.

Pour mémoire, lors de la vente aux enchères des machines de crèvecoeur, un mystérieux acheteur remporte la totalité du lot pour 1,7 Millions d’euros. Était-ce Mr Petit ? L’achat du site d’Arjo pour 75000 euros a choqué tout le monde, moins d’1 euro le m² avec tout ce qu’il y a dedans (labo, machines divers, bâtiments, maison, etc….)

Ce n’est pas cher, c’est même une affaire en OR !

Cette vente scandaleuse entérinée par les élus locaux qui connaissaient ce projet depuis quelques mois, a suivi le bradage à  10 centimes d’euro l’action d’Antalis, qui a ruiné tous les petits porteurs, dont de nombreux salariés.

Oui en temps de Covid 19, il y a des affaires à faire …. Bravo au Tribunal de Commerce de Nanterre et au liquidateur en Chef, ça c’est du beau travail !

Monsieur Jacques Lacoche, était venu nous apporter un message de Monsieur Petit. « Il confirmait la réception du cabinet Franklin et de notre porteur de projet, rappelait qu’il n’obéissait pas aux ordres, que ses projets étaient valables et déniait à quiconque le droit de les juger ! »

Mme Mattia propose à Monsieur Petit, une rencontre avec l’association pour expliquer son action citoyenne au profit de l’intérêt général !

Tour à tour, les responsables syndicaux ont justifiés leur soutien à notre action, par l’intérêt qui se développe autour de la filière papier et la nécessité de conserver des unités de production pouvant participer au recyclage des matières premières papier !

Citéo, organisme qui régit la récupération de papier en France en a rappelé l’importance dans son message de soutien à notre action. Il nous faut conserver nos papeteries et nous doter de centres de tri, d’unités de désencrage pour récupérer et recycler 100 % des papiers jetés en 2025 !

Personne ne peut se satisfaire de savoir que 40% du papier récupéré est brûlé ou enfouit, faute de débouchés ! L’incrédulité sur le projet de PMI tient à ce que les quatre projets ont déjà été rejetés par Bercy. Trop diversifié, pas crédible économiquement, et en ce qui concerne le papier fiduciaire, refus de l’état : Pour les développer hors de crèvecoeur, coût considérable ! Manque de savoir faire, coût des transferts de machines, quels marchés existent ?

Le délégué de crèvecoeur, Patrick Schaafs a assuré l’assemblée du soutien concret que les papetiers de crèvecoeur apporteraient si besoin à l’usine de Bessé !

Très applaudis, Patrick Bauret de la Filpac CGT, Patrick Schaafs de l’usine de Crèvecoeur, et Didier Jousse de l’UD CGT Sarthe, ont réaffirmé leur soutien et disponibilité aux ex-d’Arjo. Nous les en remercions chaleureusement.

Décisions :

Une commission d’enquête parlementaire sur le papier recyclé vient d’être constituée à l’Assemblée Nationale

· Nous sollicitons Monsieur le Préfet pour lui demander de «mettre en sécurité» les machines à papier de Bessé sur Braye, le temps pour les députés de conclure sur l’intérêt de produire du recyclé, que la France importe massivement d’Allemagne et de tenir l’engagement de l’Etat de financer notre étude.

· Nous demandons à Monsieur Petit, de nous accorder le même délai après avoir reçu nos partenaires parisiens

· Nous demandons au Conseil Régional de tenir également son engagement de soutien financier pour notre étude de faisabilité

· Mme Morançais, Monsieur Le Mener, doivent utiliser leurs contacts avec Monsieur Petit pour conduire au redémarrage des activités papetières à Bessé. Les fonds publics, pourraient ainsi accompagner le renouveau de la production du papier recyclé dans le cadre de l’économie circulaire encouragée par la Région, et dont l’état se préoccupe désormais.

· Les autres projets annoncés de PMI, ont été présentés sans succès à Bercy par les ex-salariés de crèvecoeur ! Comment pourraient ils convaincre à Bessé sur Braye ? C’est une interrogation légitime. Et Monsieur Petit doit expliquer son business plan sur le sujet. Nous devons connaitre les types de métier des 250 emplois promis.

· Une lettre ouverte à Mr Macron est en cours de rédaction !

Prenez soin de vous !

Conférence de Presse du 16/07/2020 devant l’usine

Un rassemblement très sérieux et très offensif avec la participation active du secrétaire national de la Filpac , du délégué syndical CGT de Crèvecoeur, et du secrétaire départemental CGT, que nous remercions vivement de s’être déplacés, et de nous avoir apporter l’expertise dont nous avions besoin .
Depuis le rachat de l’usine et les déclarations péremptoires du nouveau propriétaire, nous prenons très au sérieux le risque de démolition du site papetier de Bessé !Malgré les propos rassurants de nos élus , rien n’indique pour l’instant , que les promesses de création d’emploi seront tenues ! Nos amis de la CGT ont souligné l’incohérence qu’il y a à déclarer vouloir importer à Bessé certaines productions, dont le papier sécurisé, présenté comme  » la garantie » du sérieux du plan de reprise !
Nous lançons une lettre ouverte à Monsieur Macron , dès la semaine prochaine Serge Bardy), une demande de réception urgente par le Préfet lui à été transmise ,nous voulons lui demander de protéger les machines à papier et de donner suite aux promesses de financement de l’étude pour notre projet ! Une commission d’enquête parlementaire vient d’être mise en place à L’Assemblée Nationale sur le papier recyclé, nous sommes en contact avec plusieurs députés. Nous ne voulons pas voir détruire le site d’Arjo, parce que celui-ci, est concerné par cette étude sur la production de papier recyclé ! le site de la Chapelle d’Arblay vient d’être mis « sous cloche » pour un an ! Bessé sur Braye n’a jamais eu cette chance , pourtant il est indispensable si l’on veut reconquérir notre indépendance dans ce domaine, qui coûte cher à la France , dans le commerce extérieur , mais aussi par le poids du chômage et de la destruction du bassin d’emplois ! Nos élus se sont montré bien inconséquents en nous apportant leur soutien, alors même qu’ils discutaient avec Monsieur Petit, qui n’est pas du tout « tombé du ciel par miracle « , comme la presse l’a affirmé !
Nos amis de Crêvecoeur ont connu les mêmes déceptions . Nous en tirerons les leçons !
Nos partenaires parisiens vont être reçus, et notre projet soumis à Monsieur Petit , la plupart des participants ont déploré les conditions de vente du site par le tribunal de Commerce de Nanterre, qui ne regarde pas les dégâts commis par la liquidation d’Arjo, le coût du chômage, de l’exil forcé de plusieurs ex-salariés en CDD bien loin de chez eux ! L’indifférence de ceux qui se résignent à cette situation en faisant semblant de pleurer sur le sort de la population devient pesante !
Restez branchés sur FB  » Pour sauver Arjowiggins » , nous vous tenons au courant de la suite , et….
Prenez soin de vous !